Filière éthanol : une conception du partage bien particulière !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

www.opg.fr

Filière éthanol : une conception du partage bien particulière !

 

Pour des raisons parfaitement connues et exposées par la Coordination Rurale (CR) et l’Organisation des Producteurs de Grains (OPG) depuis 2005, la filière blé éthanol connaît de grosses difficultés financières.

 

Après une première idée de création d’une cotisation volontaire obligatoire (CVO) à la charge des producteurs, rejetée par la CR et l’OPG, des responsables professionnels agricoles reviennent à la charge en proposant, par un système de mutualisation, le « partage du risque » entre les producteurs, les organismes stockeurs et les industriels.

 

A la dialectique près, cette formule n’apporte rien de nouveau par rapport à la première proposition. Les distilleries répercuteront leur surcoût aux organismes stockeurs, souvent coopératifs, qui le répercuteront aux agriculteurs. Au final, les producteurs seront bien les seuls à couvrir les erreurs de quelques responsables qui ont aventuré leurs structures dans des investissements énergétiques sans possibilité de rentabilité.

 

Plusieurs demandes officielles de la CR et de l’OPG sur les coûts de revient des biocarburants sont restées sans réponse. Aucune visibilité et aucun pouvoir décisionnaire ne sont accordés aux agriculteurs. Leur demander aujourd’hui un soutien financier paraît complètement hors de propos, d’autant que les marchés des grains subissent cette année une nouvelle baisse des prix très préjudiciable.

 

Lorsqu’ils sont engagés dans des filières lucratives, les producteurs ne se voient accorder aucun bonus complémentaire : la filière ne parle de mutualisation que pour réclamer un effort aux agriculteurs, voilà une conception bien particulière du partage !

 

Devant une telle inconséquence, les producteurs de grains demandent aux responsables professionnels agricoles qui les ont trompés d’assumer seuls leurs erreurs, tant financièrement qu’en démissionnant de leurs fonctions.

 

Jeudi 10 décembre 2009

 

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »